• Imprimer cette page
  • Inscrivez-vous à l'alerte mail

L'alternative à la ligne Paris-Lyon existante

La ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Lyon constitue l’artère principale du système ferroviaire français ainsi qu’un axe appelé à jouer un rôle de plus en plus important à l’échelle européenne. Avec près de 40 millions de voyageurs en 2008, c’est aussi une des lignes les plus chargées d’Europe. Or, le succès de la grande vitesse ferroviaire vers le sud-est de la France et de l’Europe génère une croissance des demandes de déplacements : environ 15 millions de voyageurs annuels supplémentaires pourraient être attendus d’ici 2025 sur cette ligne.

Malgré les améliorations sur le matériel roulant et les travaux de modernisation (mise en place d’une nouvelle signalisation) qui permettront d’augmenter le débit de la ligne, l’exploitation de la LGV Paris – Lyon deviendra de plus en plus critique : à terme, la LGV Paris-Lyon devrait arriver à saturation avec une augmentation des problèmes de régularité* qui affectent non seulement la LGV – mais aussi l’ensemble du quart sud-est du réseau ferré national emprunté par les TGV circulant sur cet axe.
 
En offrant un deuxième itinéraire à grande vitesse entre Paris et Lyon, le projet POCL facilite les déplacements des voyageurs entre le nord et le sud de la France. Le projet offre:
• Une fiabilisation des déplacements et des gains de régularité pour les voyageurs qui utilisent déjà la grande vitesse entre Paris et Lyon ;
• La possibilité d’avoir des trains en plus, à long terme, entre Paris, Lyon et la Méditerranée ou bien encore entre de grandes capitales européennes ;
• Un gain de temps sur l’itinéraire Paris – Lyon dans le cas du scénario Médian, qui apportera plus de voyageurs et de plus fortes perspectives de gains socio-économique et d’autofinancement du projet (le temps de parcours Paris – Lyon se maintient à l'identique de celui de la LGV actuelle dans le cas du scénario Ouest).
 
*En 2008, 82 % des trains circulant sur la LGV Paris-Lyon sont arrivés à l’heure contre 85 % pour l’ensemble des TGV et 90 % des TGV Nord.